Ben d'aigo es pasà desout ai pount. despei que na man d'ousitanisto de l'aoute caire avien esperà que la mounta de François Mitterrand a la Presidenso de la Republico fransezo ourio pourtà carcozo de noou e de ben per la culturo ousitano e per la jent d'Ousitanio. Chal deco dire que Mitterrand e i souchalisto s'eren ben presentà: bou en pichot prougramo sus la questioun ousitano, ben soubent que. sout sout. la pi part de l'ousitanisto en Franço pensavo que la manchino al pouder ourio enchaminà na nov reneissenço per nosto nasioun.

Toute aquele promese. coumo ben avien previst d'aoute ousitanisto, soun anà a se far benedir e. en t'aquesti darie an. s'es repià couraje per na renaissenço de en mouviment poulitic nasiounalisto e autounumisto.

Lou certíficat de mort d'aquele esperanse es istà sinhà propri en t'aquesti temp de selebracioun "revoulusiounarie" bou "na letro duberto ousitano al President F. Mitterrand" espedio da la Federasioun dal Languedoc dal Partit Occitan.

Repourten ici. a enfourmasioun e reflesioun de i nostri lejaire. la part sentralo d' aquelo letro.

"Au nom de la Federation Languedocienne du Partit Occitan. nous vous faisons part de notre indignation et de notre opposition la plus vive au projet de transfert au Pantheon de la depouille de l'Abbe Gregoire. Ce personnage de la Revolution Française represente pour les Occitans -comme pour les Bretons. Corses. Catalans. Flamands. Basques- le symbole même de la répression exercée contre nos langues et cultures. L Abbé Grégoire fut le rapporteur de ce qu'il faut bien appeller un véritable génocide culturel. le texte sur "l'anéantissement des patois" (sic). Prélude à toute la politique menée contre notre langue depuis deux siécles. L'entrée au Panthéon des restes de l'Abbe Gregoire nous apparaît comme une veritable provocation. Si elle se realisait. elle démontrarait que le jacobinisme est toujours vivace en France.

Monsieur le Président. nous vous demandons de renoncer à ce projet et. dans un geste democratique et de reparation, de permettre enfin une pleine reconnaissance de nos langues".