Français

INTERVIEW SILVIA DALMASSO

Il est très important que les chiens de protection soient élevés de façon correcte, surtout durant les 18 premiers mois de leur vie.

Les chiens doivent toujours se trouver avec l’animal que l’on voudra défendre quand il sera adulte de façon à ce qu’ils puissent instaurer un lien social à la base du fonctionnement de la défense.

La socialisation pour les chiots ne doit pas se faire seulement avec le bétail mais aussi avec les personnes. Les chiens doivent avoir la possibilité d’avoir des relations positives avec des personnes de sexe et d’âge différents, en particulier avec les enfants. Évidemment j’éviterais d’amener les chiots vers les personnes, je choisirai plutôt que ce soit les personnes qui rencontrent les chiots au milieu du troupeau. Un chien qui n’est pas socialisé correctement avec les personnes, quand il sera adulte en aura peur et très souvent ce sera la base du problème des comportements agressifs.

INTERVIEW OTTINO 1

Le problème du loup n’est pas limité à une petite zone protégée mais à la diffusion de cette espèce dans d’autres zones de l’arc alpin. Donc le projet Life WolfAlps est intervenu pour pouvoir adopter des formes de protection avec les chiens, à une échelle plus large. Du coup ces bonnes mesures ont été proposées sur de nouveaux territoires : tout d’abord dans le Piémont et puis dans les régions voisines, c’est-à-dire Lombardie et Vénétie.

INTERVIEW ELENA MANZON

Question - As-tu eu des problèmes d’agression envers les personnes ?

Réponse - Non je n’ai jamais eu de problème d’agressivité mais il est vrai que nous sommes constamment avec les chiens et les troupeaux. Moi je donne à mes chiens tout ce qu’ils veulent, ou presque, mais eux en retour doivent bien travailler et doivent être obéissants.

INTERVIEW UMBERTO BRANDO

On est tranqueille, nous n’avons pas de problèmes avec les touristes. Maintenant que commence la saison de la mise à bas ils ne nous gênent pas, ils ne causent pas de dommages aux cabris.

Q – Avez-vous eu des problèmes précédemment avec le renard qui au moment de la mise à bas s’attaquait aux petits ? Avec les chiens il y a moins de problèmes ?

R – On a résolu le problème, le renard ne se présente plus. Nous avions eu deux prédations du loup et quelques problèmes, mais maintenant cette situation ne se représente plus.

Q – Comment sont les chiens avec vous ?

R – Très dociles. Ils se laissent caresser, ils se laissent faire pour tout.

Q – Quand les chèvres vont au pâturages, ils les suivent ?

R – Oui effectivement ils les suivent. Il est déjà arrivé que les chèvres s’échappent des filets de sécurité et nous les avons retrouvés ensemble avec les chiens. Si le troupeau se divise en deux, eux aussi se partagent.

INTERVIEW MAURO MAURIZIO

Q– En ce qui concerne la protection contre le loup, comment ça se passe ?

R – Par rapport aux autres il est plus actif. S’il n’y a pas de loup il est tranquille, il renifle un peu partout et ensuite il va se coucher. Si par contre il ressent la présence du loup, il aboie au moindre mouvement et il va voir ce qui se passe. C’est peut-être pour ça que je n’ai pas eu de problème.

INTERVIEW OTTINO 2

Ce qu’il est important de comprendre c’est que l’on ne se contente pas de protéger les troupeaux, on fait aussi un important travail de conservation du loup. Il est en fait évident que, en réduisant la prédation sur les bêtes on réduit par la même occasion le phénomène illégal d’abattage du prédateur.