Nòvas d’Occitània    Nòvas d'Occitània 2013

invia mail   print document in pdf format Rss channel

Nòvas n.129 Novembre 2013

Appel aux Agenais et aux Occitans pour l’anniversaire de Jasmin

Apèl als ageneses e als occitans per l’anniversari de Jansemin

150ème anniversaire de Jacques Boé dit Jasmin

Appel aux Agenais et aux Occitans pour l’anniversaire de Jasmin
Français

Pour Agenés Tèrra occitana le Secrétaire Jean-Pierre Hilaire

L’année 2014 marquera pour Agen, le Lot-et-Garonne, la région Aquitaine, l’Occitanie, l’Europe et le monde, le 150ème anniversaire d’un des plus illustres parmi les illustres agenais, Jacques Boé dit Jasmin, le coiffeur-poète de langue occitane, le chantre du petit peuple des villes et de la campagne et le troubadour de la charité qui consacrait la recette de ses récitals de poésie extraordinairement populaires à de bonnes œuvres. Grâce à l’écrivain et journaliste Charles Nodier, il attira l’attention des grandes figures de la littérature française de l’époque comme Sainte-Beuve et Lamartine et même de la littérature américaine comme Longfellow qui transposa de manière très heureuse un de ses poèmes, l’avugla de Castelculièr. Il fut chaleureusement accueilli par les plus hautes autorités et le monde littéraire à Paris à l’époque du romantisme triomphant. Il pouvait aussi se prévaloir de l’amitié du grand Franz Liszt qu’il persuada de donner un récital au théâtre d’Agen durant lequel ce génie de la musique improvisa un morceau de piano à partir d’un des poèmes de Jasmin, Faribòla pastora.

Précurseur du Félibrige, le grand mouvement de renaissance de l’occitan impulsé par Frédéric Mistral, le poète provençal, futur prix Nobel de littérature (1904), Jasmin refusa, par orgueil, de rejoindre les félibres. Mistral ne lui en tint pas rancune puisque, six ans après sa mort, en 1870, lors de l’inauguration officielle de la statue de Jasmin, place Jasmin à Agen, il se déplaça tout exprès de Maillane dans sa Provence pour lui rendre publiquement hommage dans une ode composée pour l’occasion.

Cent cinquante ans après sa mort, que reste-t-il de Jasmin, l’homme, sa vie, son œuvre et sa langue ? Sylvain Dumon, autre agenais qui devait gravir les échelons de la politique pour devenir ministre de l’Instruction publique croyait constater avec une certaine condescendance que son compatriote Jasmin chantait l’avenir dans la langue du passé, l’avenir appartenant évidemment à la langue française. A quoi, Jasmin répliqua en langue du pays dans une lettre restée célèbre que : « lo puple fidèl a sa mai sarà gascon totjorn e francimand jamai.»

Malheureusement pour notre langue occitane, cette prédiction ne s’est pas entièrement réalisée. La langue de Jasmin n’est plus guère la langue de communication dans les artères de notre cité. Elle survit tant bien que mal à la campagne. Si l’instruction laïque et obligatoire en français, initiée par les lois de Jules Ferry, a représenté le progrès de la scolarisation de toute la population, elle s’est traduite en même temps par une tentative d’éradication des autres langues parlées sur le territoire de la République française que l’on ne peut qualifier autrement que de lingüicide. Le monolinguisme érigé en doctrine dans l’article 2 de la Constitution de la 5ème République française va à l’encontre du respect de la diversité linguistique que prônent l’ONU et la Charte européenne des langues régionales et minoritaires que la France a signée mais n’a toujours pas ratifiée. A Agen, ville où naquit notre poète, une partie de la population comprend encore et parle à l’occasion la langue de Jasmin comme nous avons pu le constater en animant, la Janseminada un parcours thématique bilingue, occitan-français, sur les lieux de la ville marqués par la vie et l’œuvre de Jasmin.

Le musée d’Agen, un des plus beaux de notre pays, possède une riche collection d’objets ayant appartenu à Jasmin mais, hélas, ils sont dans la réserve et inaccessibles au public. La botigòla, ancien salon de coiffure de Jasmin près du Gravier est hélas devenue le « Jasmin sushi bar » ! Visible aux yeux de tous, il ne reste que la statue de Jasmin sur la place Jasmin. A deux pas, se trouve le collège Jasmin où la langue du barde, notre langue l’occitan, n’est même pas enseignée. Nous ne nous résignons pas à cet oubli programmé. Nous menons un combat acharné pour faire vivre la mémoire de Jasmin et redonner à sa langue, l’occitan, la place qu’elle mérite chez nous, car nous sommes dans une période où les gens ont besoin de racines et de repères, ce qui n’est pas incompatible, bien au contraire, avec l’ouverture aux autres que suppose la mondialisation. Ce sont les futures générations qui reprendront le flambeau. Nous en voulons pour preuve l’existence d’une classe bilingue français-occitan dans une école primaire de la ville et l’ouverture à Agen d’une calandreta, école immersive en langue occitane.

En 1998, le deux centième anniversaire de la naissance de Jasmin avait été marqué par une soirée festive au théâtre d’Agen, un colloque universitaire au cours duquel avait été faite une communication sur Jasmin et Longfellow, et divers évènements dans le département. Au nom de l’association culturelle Agenés Tèrra occitana nous avons persuadé le maire d’Agen que la ville se devait de célébrer dignement le 150ème anniversaire de la disparition d’un des plus illustres de ses enfants. Nous avons mis au point un projet auquel nous voulons associer des partenaires multiples, la ville d’Agen, le conseil de quartier Jasmin, la Société académique, le Jasmin d’argent, la Maison de l’Europe, l’Inspection académique, le collège Jasmin, le Conseil Général de Lot-et-Garonne, la région Aquitaine ainsi que des sponsors privés. Comme notre association ne peut, à elle seule, financer cette opération, nous faisons des demandes de subvention ou de financement partiel dans un contexte économique particulièrement difficile pour trouver des aides pour de tels projets. Mais nous sommes enthousiastes et déterminés, convaincus que c’est un grand et beau projet auquel doivent adhérer les forces vives de l’Agenais et du pays occitan. Tous les Agenais et les Occitans doivent aussi se mobiliser pour nous aider à boucler le budget. Quelle que soit l’importance de votre contribution financière, elle sera la bienvenue. En nous aidant à réaliser ce projet, vous nous aiderez aussi à poursuivre notre action pour la reconquête de notre langue, sa resocialisation mais aussi pour la reconquête du pouvoir de décider chez nous. On entend souvent chez nous dans un contexte rugbystique le slogan : « fiers d’être agenais ». La langue occitane, comme le rugby font partie intégrante de notre mode de vie et de notre identité et nous devons tous en être fiers comme nous sommes fiers de Jasmin.

occitan

Per Agenés Tèrra occitana lo secretar Joan-Pèire Alari

L’annada 2014 marcarà per Agen, Òlt e Garona, la region Aquitània, Occitània, Euròpa e lo monde, lo 150en aniversari d’un dels mai illustres demest los illustres ageneses, Jacme Boé dich Jansemin, lo perruquièr-poèta de lenga occitana, lo cantoral del pichon pòble de las vilas e del campèstre e lo trobador de la caritat que consacrava la recèpta de sos recitals de poësia extraordinàriament populars a d’òbras bonas. Gràcias a l’escrivan e jornalista Charles Nodier, Jansemin ganhèt l’atencion de las grandas figuras de la literatura francesa de l’epòca coma Sainte-Beuve e Lamartine e quitament de la literatura americana coma Longfellow que transpausèt d’un biais plan capitat un de sos poèmas, l’avugla de Castelculièr. Foguèt calorosament aculhit par las autoritats mai nautas e lo monde literari a París del temps del romantisme triomfant. Se podiá tanben prevaler de l’amistat del grand Franz Liszt que persuadèt de donar un recital al teatre d’Agen pendent loqual aquel engèni de la musica improvisèt una pèça de piano partent d’un dels poèmas de Jansemin, Faribòla pastora.

Precursor del Felibritge, lo grand movement de renaissença de l’occitan engimbrat per Frederic Mistral, lo poèta provençal, futur prèmi Nobel de literatura (1904), Jansemin refusèt, per orgulh, de rejónher los felibres. Mistral n’aguèt pas rencura estant que, sièis ans aprèp sa mòrt, en 1870, pendent l’inauguracion oficiala de l’estatua de Jansemin, plaça Jansemin a Agen, venguèt especialament de Malhana dins sa Provènça per li rendre publicament omenatge dins una òda compausada a aquela ocasion.

Cent cinquanta ans aprèp sa mòrt, que demòra de Jansemin, l’òme, sa vida, son òbra e sa lenga? Silvan Dumon, autre agenés, que deviá montar los escalons de la politica per venir ministre de l’Instruccion publica, cresiá constatar amb una cèrta condescendéncia que son conteiral Jansemin cantava l’avenir dins la lenga del passat, l’avenir apertenent evidentament a la lenga francesa. A aquò, Jansemin respondèt dins la lenga del país dins una letra demorada famosa : « lo puble fidèl a sa mai sarà gascon totjorn e francimand jamai.»

Malurosament per nòstra lenga occitana, aquela prediccion es pas venguda complètament realitat. La lenga de Jansemin es pas gaire la lenga de comunicacion dins las carrièras de nòstra ciutat. Subreviu coma pòt pel campèstre. Emai l’instruccion laïca e obligatòria en francés, iniciada per las leis de Jules Ferry, aguèsse representat lo progrès de l’escolarizacion de tota la populacion, foguèt al meteis temps un ensag d’eradicacion de las autras lengas parladas sul territòri de la Republica francesa que podèm pas apelar d’un autre nom que lingüicidi. Lo monolingüisme definit coma doctrina dins l’article 2 de la Constitucion de la 5ena Republica francesa va contra lo respècte de la diversitat lingüistica afortida per l’ONU e la Carta europèa de las lengas regionalas e minoritàrias que França signèt mas a pas encara ratificada. A Agen, vila ont nasquèt nòstra poèta, una partida de la populacion comprend encara e parla de còps la lenga de Jansemin coma o avèm pogut constatar en animant la Janseminada, un percors tematic bilingüe, occitan-francés, dins los lòcs de la vila marcats per la vida e l’òbra de Jansemin.

Lo musèu d’Agen, un dels mai bèls de nòstre país, possedís una rica coleccion d’objèctes que apertenián a Jansemin mas, ailàs, son dins la resèrva e inaccessibles al public. La botigòla, ancian salon de cofadura de Jansemin pròche del Gravièr, es vengut « Jasmin sushi bar » ! Visible als uèlhs de totes, demòra sonque l’estatua de Jansemin sus la plaça Jansemin. A costat, se tròba lo colègi Jansemin ont la lenga del barde, nòstra lenga l’occitan, es quitament pas ensenhada. Nos resignam pas a aqueste oblit programat. Menam una lucha acarnassida per far viure la memòria de Jansemin e tornar donar a sa lenga, l’occitan, la plaça que s’amerita en çò nòstre, que sèm dins un periòde ont la gent an besonh de rasigas e d’amiras, çò qu’es pas incompatible, al contrari, amb la dobertura als autres que supausa la mondializacion. Son las generacions venentas que tornaràn prene lo flambèl. Ne volèm per pròva l’existéncia d’una classa bilingüa francés-occitan dins una escòla primària de la vila e la dobertura lèu lèu a Agen d’una calandreta, escòla immersiva en lenga occitana.

En 1998, lo dos centèn aniversari de la naissença de Jansemin èra estat marcat per una serada festiva al teatre d’Agen, un collòqui universitari pendent loqual foguèt facha una comunicacion sus Jansemin e Longfellow, e d’eveniments divèrses dins lo departament. Al nom de l’asociacion culturala Agenés Tèrra occitana, avèm persuadit lo conse d’Agen que la vila deviá celebrar dignament lo 150en aniversari de la despartida d’un dels mai illustres de sos enfants. Avem mes al punt un projècte que i volèm asociar d’entitats multiplas, non solament la vila d’Agen, lo conselh de barri Jansemin, la Societat academica, lo Jansemin d’argent, l’Inspeccion academica, lo colègi Jansemin, l’ostal de l’Euròpa, lo Conselh General d’Òlt e Garona, la region Aquitània, tanplan coma d’esponsòrs privats. Coma nòstra asociacion pòt pas tota sola finançar aquela operacion, fasèm de demandas de subvencion o de finançament parcial dins un contèxte economic particularament malaisit per trobar d’ajudas per de projèctes atal. Mas sèm afogats e determinats, convençuts qu’es un projècte grand e bèl que las fòrças vivas d’Agenés e del país occitan i devon aderir. Totes los ageneses e los occitans se devon tanben mobilizar per nos ajudar a claure lo budgèt. Quina que siá l’importància de vòstra contribucion financièra, serà benvenguda. En nos ajudant a realizar aquel projècte, nos ajudaretz tanben a contunhar nòstra accion per la reconquista de nòstra lenga, sa resocializacion mas tanben per la reconquista del poder de decidir en çò nòstre. Entendèm sovent en çò nòstre,dins un contèxte rugbistic, l’eslogan : « fièrs d’èstre ageneses ». La lenga occitana, coma lo rugbí fan partida cap e tot de nòstre biais de viure e de nòstra identitat e ne devèm totes èstre fièrs coma sèm fièrs de Jansemin.


Condividi