Français

Les lacs d’Avigliana se trouvent en basse Vallée de Suse, tout près de la plaine de Turin. Ce sont des lacs d’origine glaciaire en particulier de bassins lacustres issus de moraines qui se sont constitués au Pléistocène lors du retrait de la couverture glaciaire qui occupait la vallée (il y a entre 750 000 et 10 000 ans).

Très certainement ces glaciations ont généré quatre bassins lacustres. Deux – la torbiera de Trana et le marécage des Mareschi- ont été enfouis par les éboulis tombés des collines alentours et les deux autres conservent des caractéristiques différentes l’un de l’autre. Le Lago Piccolo a une surface de 60 ha (356 m d’altitude) et déverse ses eaux dans le Lago Grande d’une dimension de 90 ha (352 m d’altitude) qui lui-même possède des caractéristiques naturelles plus riches car il est entouré de bois, de prés et de roselières.

Les Laghi de Avigliana et le marécage de Mareschi constituent une zone humide de grand intérêt pour sa faune et sa botanique qui sont protégés au niveau européen par la Directive Habitat et classés Zone Spéciale de Conservation (ZPS).

Le Parc naturel revêt une importance particulière pour son avifaune aquatique, en particulier pour la catégorie hivernante, au point d’être classé en Zone de Protection Spéciale selon la Directive Oiseaux. Parmi les 54 espèces recensées, 13 sont insérées dans l’annexe à la Directive Européenne. Des centaines d’oiseaux de différentes espèces comme le milouin (Aythya ferina) le fuligule (Aythya fuligula), la sarcelle d’hiver (Anas crecca), le canard siffleur (Mareca penelope), la Gallinule poule d'eau (Gallinula chloropus), le Canard souchet (Anas clypeata) se concentrent sur les lacs, en particulier durant l’automne et l’hiver.

Outre aux espèces les plus communes du Piémont, on peut y rencontrer quelques couples de Grèbe huppé (Podiceps cristatus) qui nous offrent des parades nuptiales élaborées que l’on peut observer entre la fin de l’hiver et le début du printemps ; le nid est généralement un radeau qui flotte sur l’eau, construit par les couples que l’on peut admirer avec les poussins portés sur leur dos lors de leurs premières sorties. Ce spectacle s’offre à tous les passionnés de bird-watching. Dans la zone marécageuse, le Râle d'eau (Rallus aquaticus), la Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), le Bruant des Roseaux (Emberiza schoeniclus) y nichent.

Les collines à l’ouest du Lago Piccolo sont traversées par de nombreux ruisseaux émissaires du lac qui accueillent la rarissime écrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes). On y trouve des taillis composés de chênes, châtaigniers, charmes, frênes où se cachent de nombreux mammifères (chevreuils, renards, blaireaux, écureuils, belettes…) et des oiseaux (pics, mésanges, pinsons, Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), geais, merles, Roitelet huppé, Chardonneret qui animent les fourrés du sous-bois et les feuillages des arbres.

Les collines centrales de Montecapretto au nord du Lago Grande ne possèdent pas de cours d’eau et sont caractérisées par un indice xérothermique important : le chêne pubescent espèce typique, est accompagné de frênes, acacias, ormes et cerisiers.

Sur le mont Pezzulano, au nord du parc, se dressent les ruines du château du comte Rouge de Savoie du X° siècle.

Au milieu de la foret, on peut trouver des blocs erratiques de dimensions impressionnantes dans cet amphithéâtre de moraines ; se sont des témoignages silencieux de la glaciation quaternaire de nos vallées que l’on peut les découvrir grâce à un sentier qui traverse le parc.

Le marécage des Mareschi représente la zone humide située au nord-ouest du Lago Grande. Il recueille les eaux issues du lac à travers le canal de Naviglia et constitue un environnement équilibré à son état naturel où la présence de l’homme reste discrète. Dans cette zone le silence est d’or et interrompu seulement par les sons de la nature. On peut y entendre le croassement des grenouilles et des crapauds à travers les plumeaux de carex, de cannes et de roseaux à massettes. Les nids de hérons cendrés constituent un excellent observatoire du paysage.

Avec un peu de chance et d’attention, on peut admirer le busard des roseaux, la buse variable et le milan.

A est de la zone marécageuse on peut y voir les restes de la plus grande fabrique de dynamite d’Europe : la Nobel de Avigliana. Elle représente un des exemples les plus intéressants de l’architecture industrielle du début du XIX° siècle. Elle a été inaugurée en 1872, fermée en 1965 et elle fut au cœur du théâtre des bombardements et des actions des résistants durant la deuxième guerre mondiale. Aujourd’hui après avoir été partiellement récupérée elle a été transformée en écomusée (zone industrielle d’Avigliana).

Protégée par la dorsale de Montecapretto et de Puzzulano, Avigliana ville d’art et d’histoire s’est développée au cours des siècles en prenant l’image d’une ville florissante de frontière. Son nom dériverait de la famille romaine des Avilii.

Le Vieux Bourg, premier habitat médiéval de Avigliana, a été établi sur le versant nord de Monte Pezzulano. Depuis ses origines, elle a toujours eu un rôle important dans les échanges entre l’Europe occidentale et l’Italie car elle était située sur un lieu de passage obligatoire sur la route de France. Les maisons datant du XII au XV siècle caractérisent l’évolution du style roman en style gothique de cette ville moyenâgeuse : les églises (Saint Pierre, Sainte Marie, Saint Jean), les remparts, les portes, les trottoirs couverts et les belles habitations bourgeoises de la place Conte Rosso et de la place Sainte Marie dans le centre historique.

Son histoire est strictement liée à la famille de Savoie, siège de la cour d’Adelaïde et Odon de Savoie, car elle donna naissance au Béat Humbert III (1127-1189) et au Conte Rosso (Amedeo VII 1360-1391). Amédée VI, dit le Comte Vert déclara Avigliana place franche et fortifia le château et ses murs. En faisant le choix d’élire Turin comme capitale du Règne, Avigliana perdit une grande partie de son importance comme ville de frontière.

Le château de Avigliana domine le bourg médiéval et se situe dans le périmètre protégé. L’appareil défensif du château s’est progressivement transformé pour protéger le territoire, en passant d’habitat défensif contre les possibles invasions d’Ardouin le Glabre, en bastion édifié par la famille de Savoie. Mais la ville perdit une grande partie de son importance militaire en se transformant en siège du gouverneur du château et en habitations bourgeoises. Les vicissitudes du XVII siècle conduire le château à la ruine, en particulier après avoir subi de graves dégâts en 1630 (année particulièrement douloureuse pour Avigliana à cause de la peste). Il fut détruit en 1691 par le maréchal français Catinat.

Le Parc naturel des Laghi de Avigliana a été institué en 1980 par la Région Piémont. Il protège 400 ha reconnus aujourd’hui à l’intérieur du groupe Natura 2000 selon la Directive Européenne Habitat et Oiseaux. Depuis 2012 il fait partie du système Aree Protette des Alpi Cozie, avec également le Parc Orsiera Rocciavrè, Gran Bosco de Salbertrand et Val Troncea ainsi que les réserves de Chianocco et Foresto.

Les raisons principales de cette protection sont la tutelle des zones humides des Mareschi et la réhabilitation et la conservation des conditions hydro biologiques des deux lacs en particulier, plus toutes les finalités communes à toutes les autres zones protégées.

Il se trouve dans l’amphithéâtre des moraines de Rivoli-Avigliana, en début de la Vallée de Suse, aux pieds du Mont Pirchiriano où domine l’antique abbaye de la Sacra de San Michele.

A une vingtaine de kilomètres de la ville de Turin, dans un contexte quasi urbain, le parc collabore avec la commune d’Avigliana pour consolider le respect des équilibres naturels et promouvoir des activités de gestion durable.

La maison du Parc se trouve sur la rive méridionale du Lago Grande, Via Monte Pirchiriano 54.

PARC NATUREL DES LAGHI DE AVIGLIANA

POUR INFOS

Siège et bureaux administratifs

Via Monte Pirchiriano, 54 – 10051 avigliana (TO)

Tel : 0033 11 9313000 – 0033 11 9341405 – 0033 11 4326589

Fax : 0033 11 9328055 – 0033 11 4326588

E-mail : parco.avigliana@ruparpiemonte.it

Info.alpicozie@ruparpiemonte.it

COMMENT ARRIVER

  • Autoroute A32, sortie Avigliana est

  • Nationale SS25 du Mont Cenis

  • Nationale SS 589 des Laghi de Avigliana

  • Chemin de fer Turin – Bardonecchia

SIEGE LEGAL :

Via Fransuà Fontan, 1

10050 SALBERTRAND (TO)

Téléphone : 0122.854720 – Fax 0122.854421

info.alpicozie@ruparpiemonte.it

www.parchialpicozie.it

Dessins de Elio Giuliano

Images de l’archive Photos du Parc Alpi Cozie