Portal d’Occitània    Valli Occitane d'Italia

invia mail   print document in pdf format

Ente capofila: Comune d'Ormea

Le reglement des contentieux frontaliers dans les Alpes-Maritimes au cours des annees 1950-1960

Arëgülament dër cuntënsius transfruntaliè ën le Alpes-Maritimes di ani 1950-1960

(Stéphane Mourlane - Aix-Marseille Université /UMR Telemme-MMSH)

Français

​Depuis le rattachement  du  Comté  de  Nice  en  1860,  les  contentieux  frontaliers n’ont jamais cessé, alimentant de manière récurrente la chronique locale et parfois les tensions entre la  France  et  l’Italie.  Après  la  Seconde  guerre  mondiale,  l’heure  est  à  la  célébration  de l’amitié  franco-italienne,  même  si  celle-ci  n’est  pas  exempte  dans  les  années  1960  de malentendus  dans  la  conception  et  les  orientations  des  grands  ensembles  multilatéraux  qui structurent la vie internationale. Les questions qui concernent uniquement les rapports entre Paris  et  Rome  ne  sont  pas  considérées  comme  de  même  niveau  que  celles  qui  engagent l’avenir de l’Europe ou de l’Alliance atlantique. Elles ne relèvent toutefois pas seulement du domaine des questions techniques. Les interactions politiques y sont fréquentes. D’une part, leur  traitement  n’échappe  pas  toujours  aux  remous  provoqués  par  l’évolution  des  grandes affaires  internationales,  en  dépit  des  digues  que  tente  d’établir  la  diplomatie  française.  Ces questions, aussi diverses soient-elles, ont néanmoins en commun de toucher aux relations de voisinage.   Voies   de   communication,   délimitation   de   frontière   et   droit   de   passage   ou d’implantation constituent des résidus du contentieux franco-italien issu du traité de paix de février  1947.

Celui-ci  est,  en  effet,  largement  apuré  à  la  fin  des  années  cinquante,  mais certaines  questions  restent  en  suspens  et  leur  règlement  définitif  apparaît  d’autant  plus nécessaire et urgent qu’il permet non seulement de clore un chapitre douloureux de l’histoire des relations entre les deux pays, mais aussi d’engager les populations, de part et d’autres de la frontière, vers des rapports de confiance, favorisant les échanges transnationaux.

Du côté de la Brigue, la partition en trois communes en 1947 (La Brigue côté français, Briga Alta et Realdo Triora) a pour conséquence de bouleverser l’économie pastorale locale fondée sur la transhumance et de troubler les droits d’accès et de propriété des alpages et des bois. A cause la nouvelle frontière, la commune de La Brigue manque de pâturages d’été

suffisant  et,  inversement,  les  deux  communes  italiennes  ont  des  alpages  de  printemps  et d’automne trop limités. L’arbritage international rendu en 1952-1953 aboutit à un compromis: les troupeaux  italiens obtiennent un droit de pacage de printemps et d’automne situé sur la commune de Tende et pour ceux de Realdo Triora sur la commune de la Brigue. En retour la commune française reçoit 850 des 1500 parts des droits communaux de l’ancienne La Briga.

En outre, tous les autres bois sont placés en zone indivise (La Brigue reçoit 50% des recettes des coupes). L’équilibre apparent de cet accord ne doit pas masquer l’insatisfaction et parfois la  rancœur  des  populations  locales  obligées  de  rompre  avec  des  traditions  séculaires.  Le règlement  de  la  question  complexe  du  droit  d’utilisation  des  sols  ne  relève  donc  pas seulement d’une approche juridique dans une logique étatique.

occitan

Dopu dër rattachement da Cuntéa dë Nissa dër 1860, e grane transfruntalière n’an giamài cëssa, marchènd përù e cronache lucali                   e fia di viagi a tënsiùn tra Itaia e Fransa. Ma dopu da sëgunda guèra mundiale l ‘è ër mumént dë celebràa r’amicisia francu-italiana, bèn chi n’amancu pa, ën li àni ’60, di marii acapiminti tra e grande forse chi štrütüru a vita ‘nternasiunàle e queštiùn chi arëšguardu dëma i rapörti  tra Parì e Ruma i në sun pa cunscidërài  com quìli chi arësguardu r’avëgnìi dër Europa u dër’Aliansa Atlantica. E në së trata pa dëma dë queštiùn tecniche. Frëquènte e sun e ‘nterasiùn pulitiche. Ër sé tratamént l’a suvénsi dër màa a nu farse aciapàa dai burdéli dëvüi a r’évolüsiùn di grössi afàire‘internasiunali, bèn ch’a diplumasia fransésa  à sèrch d’arpararlé cun de dighe. Bèn che sigu défërènte ëntra éle, tüte e tocu e rélasiùn dë vëžinansa. Camin, comünicasiùn, fruntére e dréiti dë pasağ e dë stàa e sun loch l’arèsta a meğ dar tratàtu de pažë  franco-italian dër fërvée 1947. E bèn chë’r sigh avü përù arangià ara fin di àni sinquanta, r’argülamént definitiv dë sèrte queštiùn che arèstu sušpéṡe ër paréš ëncòo ciü nëcesàri e ürgènt për purée nu dëma  baràa in capitulu dulurùṡ de relasiùn tra i düi paìsi, ma fia pr’ënqueràe e gènte, da ‘na part e da r’autra da fruntera,vers rapörti dë cunfiansa e favurìi i šcangi ‘ntërnasiunai. 

Dara part da Briga, a divisiùn ën tréi  Cumüne dër 1947 (La Brigue  ‘n Fransa, Briga Auta e Réaud- Triöira) l’a scunvort r’ecunumia lucale faita dë paštùu e fundàa sciü a transümansa e dësturbà i dréiti d’acèss ae prupietae e dë pusèss de arpe e di böšchi. 

Për la nova fruntéra, ara Cumüna da Briga ‘r li amanca ‘r pašculu d’ëštà e, aigua vèrsa, e due Cumüne italiane ara prima e ar’utùnn e an de arpe trop pëcìne. R’arbitragë ‘ntërnasiunale dër 1952-53 ër porta a in cumpruméss: e sorte ‘taliane e poru’ndàa a šchöô, dë prima e d’utùn ëntlò da Cumüna dë Tènda e per quili dë Reaud  Triôira sciü a Cumüna da Briga, Ën paga a Cumüna da Briga l’arsév 850 de 1500 parte di dréiti cunünàli dër’antiga Cumüna da Briga. Ëncò pöi tüti i autri böšchi i arestu ‘n zona indivisa (A Briga pia  ër 50%  de arvëgnüe der tay).

Bèn ch’ër parëšcë equilibrà st’acòrd ër në dév pa crüvìi r’ënsudisfasiùn e fia a ràgia de gènte dër post dubligae a ënterumpu de tradisiùn  dë sèntënàe d’ani. A rëgulasiùn dër drèit d’ütilisasiùn di tërén ër në sulèva pa dëma  ‘na queštiùn giüridica ‘ntüna logica statale,


Condividi